Comment renforcer la performance de l'apprentissage ?

La 2ème édition du Grand livre de la formation présente à la page 249 un chapitre sur la performance économique et sociale des formations en alternance.

A l'heure où les régions cherchent à piloter cette performance, il est précieux de cerner d'abord ses indicateurs, certains classiques, d'autres plus innovants et plus... performants.

Les pratiques pédagogiques auxquelles renvoient les indicateurs de performance les plus innovants relèvent selon l'auteur de la pédagogie proactive. Car elle est la seule qui intègre précisément la notion de productivité et de rentabilité économique des formations. Là où les autres modèles d'alternance restent centrés sur la seule pédagogie ou au mieux la seule dimension sociale, l'alternance proactive fait d'une pierre deux coups : renforcer les externalités sociales et éducatives, et améliorer la performance économique.

Le chapitre propose aussi aux décideurs une vision sur la gouvernance des formations alternées, plutôt que d'attendre que les acteurs se déchirent dans le conflit de valeur économie/éducation, ou que l'un des deux camps anéantisse l'autre, pour le plus grand malheur des jeunes et des entreprises.

La fin du chapitre apporte un éclairage théorique poussé en lien avec les travaux du Cnam. On comprend alors que la pédagogie proactive s'appuie non seulement sur la prise en compte de la dimension économique jusque là très sous exploitée, voire ignorée par les pédagogues, mais aussi sur les sciences cognitives et la psychologie du travail.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

×